Nouvelles recettes

8 histoires de réseau de contenu culinaire à lire dès maintenant

8 histoires de réseau de contenu culinaire à lire dès maintenant


Vous tenir au courant du monde de la bonne bouffe et du folk

Recettes, articles, critiques et plus du réseau de contenu culinaire.

Si vous n'êtes pas familier avec le réseau de contenu culinaire de The Daily Meal, vous devriez l'être. Avec tout, des recettes et des conseils sur la nourriture pendant le voyage aux idées d'hébergement, des directives sur quoi et quoi ne pas boire, et des critiques et des recommandations de restaurants, le réseau de contenu culinaire a tout pour plaire.

Cliquez ici pour voir 8 histoires à lire absolument!

De nouvelles recettes, articles et critiques sont promus quotidiennement et nous vous les proposons de différentes manières. Ils sont toujours partagés sur la page d'accueil (ci-dessous les fonctionnalités), sur chaque page de chaîne (Manger, Boire, Cuisiner, Voyager et Divertir), et sont également livrés via nos newsletters directement dans votre boîte de réception.

Cette semaine, nous mettons en évidence certains de nos favoris (bien qu'ils soient si nombreux), qui ne vous sont peut-être pas parvenus via nos autres efforts de promotion. Nous avons (pour n'en nommer que quelques-uns) des conseils sur les endroits où séjourner à Palm Springs, une recette de nuggets de poulet au parmesan et une recette de jus sain pour commencer votre semaine du bon pied.

Cliquez sur le diaporama pour en savoir plus !

Tyler Sullivan est le rédacteur en chef adjoint du Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @atylersullivan


Au cours des deux dernières semaines, alors que des millions d'Américains ont commencé à travailler à domicile et à s'abriter sur place pour ralentir la propagation du COVID-19 à travers le pays, le site Web du roi Arthur Flour a enregistré son trafic le plus élevé depuis la veille de Thanksgiving. Bill Tine, vice-président du marketing de King Arthur, a déclaré à Meghan McCarron de Eater que le premier article du site est généralement une recette de gâteau au fromage facile. Mais depuis que la pandémie a frappé, des millions de personnes, confinées à la maison et ennuyées, ont inondé les serveurs du roi Arthur à la recherche de recettes de pain – plus précisément de pain au levain, sous toutes ses formes glorieuses.

À ceux qui profitent de ce temps de quarantaine pour se lancer dans la cuisson du pain, puis-je simplement dire : bienvenue.

J'ai commencé à faire du pain régulièrement à la maison il y a quelques années et j'ai appris certaines choses en cours de route, à savoir qu'il en faut très peu pour faire une miche de pain qui en nourrira beaucoup et plaira à tous. Un mélange de farine, de sel, d'eau et de levure sauvage donnera un délicieux pain, peu importe comment vous le faites, et même si le processus peut sembler intimidant au début, rappelez-vous : les humains font cela depuis des millénaires. Nous n'avons tout simplement pas toujours eu Instagram pour faire paraître la fabrication du pain plus difficile - et les pains résultants plus parfaits - qu'il ne devrait l'être.

Commencez par une bonne recette

Cela dit, les recettes au levain ne manquent pas : les meilleures recettes en ligne sont le guide de Claire Saffitz pour le New York Times, la recette de pain de table de Sarah Owens sur Food52 et la recette de pain artisanal du roi Arthur. Si vous souhaitez approfondir le levain, les livres sur le sujet abondent. Pour un guide complet et complet, je recommande Owens’s Levain: Recettes de pains fermentés rustiques, bonbons, salés et plus, et si vous cherchez un pain de blé entier plus copieux, le pain au levain parisien de la prêtresse Apollonia Poilâne Poilâne : Les Secrets de la Boulangerie de renommée mondiale est une référence solide. J'ai rédigé ma propre recette de pain ici (un amalgame de quelques recettes que j'ai utilisées au fil du temps) et j'ai réalisé une vidéo pédagogique de base qui vous guide tout au long du processus via ce lien.

Faites votre entrée

Guides en main, la première chose dont vous aurez besoin pour faire du pain est une entrée au levain. Un levain - également connu sous le nom de levain, de mère ou de pré-ferment - est un mélange vivant de farine et d'eau combiné à de la levure sauvage et de bonnes bactéries capturées dans l'air. C'est l'ingrédient qui permet à votre pain au levain de lever et qui lui donne sa saveur acidulée caractéristique.

Si vous n'avez pas de démarreur en ce moment, ne vous inquiétez pas. Cette recette de farine du roi Arthur vous apprendra à faire le vôtre à la maison, et bien que le processus lent signifie que vous ne pourrez pas faire de pain tout de suite (vous attendez que votre entrée prenne vie - vous commencerez à voir une activité après trois jours), vous aurez le droit de vous vanter d'avoir fait le vôtre à partir de zéro. Alternativement, Cook's IllustratedAndrew Janjigian enseigne aux gens comment créer leur propre #quarantinystarter par le biais de sa newsletter, et la boulangère Lexie Smith a recruté des volontaires via son site Bread on Earth pour envoyer de la culture de levain séché aux parties intéressées du monde entier. Vous avez des options !


Tous les meilleurs souvenirs de célébrités les plus choquants que vous pouvez lire en ce moment

Les tabloïds, les sources anonymes et les paparazzi mis à part, nous ne pouvons pas en savoir plus sur nos célébrités et mdash préférées, à moins qu'elles ne décident de nous en dire plus. Après des années (ou des décennies) à raconter leurs histoires dans la presse, de nombreuses célébrités décident de mettre l'histoire au clair avec un mémoire couvrant toute leur carrière, examinant des incidents très médiatisés de leur point de vue et partageant des détails intimes qu'eux seuls auraient pu avoir. connu. Ainsi, peu importe le nombre de potins sur les célébrités que vous continuez, les mémoires sont l'endroit où les vrais secrets sont révélés, et des stars comme Jessica Simpson, Demi Moore et bien d'autres ont tous fait tomber nos mâchoires avec leurs révélations ces dernières années.

Dire que ces mémoires de célébrités ont secoué notre monde serait un euphémisme. Qu'il s'agisse de détailler les abus sexuels ou les abus subis pendant l'enfance ou de parler de problèmes de toxicomanie, de réadaptation ou de relations instables, ces célébrités ont creusé très profondément et ont même expliqué pourquoi elles se sentaient obligées de se manifester. En bref, la plupart des célébrités se souviennent très bien d'une période de leur vie où elles se sont senties perdues, confuses et isolées & mdash et elles espèrent qu'en parlant de leurs propres expériences, elles peuvent être un symbole d'espoir et de solidarité pour ceux qui luttent maintenant. .

C'est incroyablement courageux pour ces célébrités d'avoir partagé tout ce qu'elles ont fait, et nous sommes si reconnaissants qu'elles aient pris le temps de tout mettre sur papier. Lisez la suite pour une liste complète des mémoires de célébrités qui nous ont montré une toute nouvelle facette d'Hollywood, de la célébrité et de grandir sous les projecteurs.

Notre mission chez SheKnows est de responsabiliser et d'inspirer les femmes, et nous ne proposons que des produits que nous pensons que vous aimez autant que nous. Veuillez noter que si vous achetez quelque chose en cliquant sur un lien dans cette histoire, nous pouvons recevoir une petite commission sur la vente.

Une version de cet article a été initialement publiée en août 2020.


Les 8 meilleurs livres de Margaret Atwood à lire maintenant

Margaret Atwood est en quelque sorte un géant littéraire. Mieux connu pour le roman dystopique de 1985, Le conte de la servante - qui a ensuite été développée en une série à succès mettant en vedette Elisabeth Moss - l'écrivain canadien a publié plusieurs livres et remporté plusieurs prix.

Bien que de grande envergure, ses romans et sa poésie explorent constamment des thèmes tels que le genre, la politique et le changement climatique, souvent à travers une lentille dystopique. Mais au-delà Le Tal de la servantee et sa suite 2019 Les Testaments, Connaissez-vous bien le travail d'Atwood ?

Ici, nous avons sélectionné huit des meilleurs romans de Margaret Atwood à lire maintenant.

Un classique absolu et pour une très bonne raison. Situé dans un état répressif où le seul but des femmes est de se reproduire, et suivant l'histoire d'Offred, c'est une histoire fascinante et effrayante. Bienvenue dans la République de Galaad.

Le suivi de Le conte de la servante est venu 30 ans plus tard, donc le battage médiatique autour de cela n'aurait pas pu être plus grand. Cependant, il a répondu aux attentes et Atwood a livré une suite tout aussi brillante qui a remporté à juste titre le prix Booker (avec Fille, Femme, Autre auteur Bernardine Evaristo).

Lorsque la protagoniste Elaine Risley revient à Toronto, les souvenirs de son enfance la hantent alors qu'elle est forcée de faire face à « l'amie » qui l'a harcelée pendant des années.

Autre livre d'Atwood adapté en série télévisée, Alias ​​Grace est basé sur l'histoire vraie d'une femme du XIXe siècle accusée du meurtre de son employeur, de sa gouvernante et de sa maîtresse.

Lauréat du prix Booker en 2000, L'assassin aveugle est un livre brillant et multicouche qui raconte en son cœur l'histoire de deux femmes et les mensonges qu'elles racontent afin de garder la tête hors de l'eau.

Première de la trilogie MaddAddam, cette fiction spéculative est centrée sur Snowman et le monde post-apocalyptique dans lequel il vit. Abordant les thèmes de l'expérimentation génétique et de la catastrophe environnementale, il y a beaucoup à déballer, mais c'est autant une histoire d'aventure romantique qu'elle l'est rien d'autre.

Celui-ci suit la journaliste Rennie qui voyage en mission sur une île des Caraïbes, où elle se retrouve par la suite prise dans un réseau de corruption.

Stan et Charmaine sont un couple qui essaie désespérément de rester à flot au milieu de l'effondrement économique - alors quand ils voient une annonce pour une "expérience sociale" offrant des emplois stables et un logement à eux, ils s'inscrivent immédiatement.


L'auteur à succès de ɼrazy Rich Asians' partage 6 livres que vous devez lire ensuite

Nos éditeurs ont indépendamment sélectionné ces articles car nous pensons que vous les apprécierez et que vous pourriez les aimer à ces prix. Si vous achetez quelque chose via nos liens, nous pouvons gagner une commission. Les prix et la disponibilité sont exacts au moment de la publication. En savoir plus sur Shop TODAY.

Au cours du Mois du patrimoine américain de l'Asie-Pacifique, AUJOURD'HUI partage l'histoire de la communauté, sa douleur, sa joie et l'avenir du mouvement AAPI. Nous publierons des essais personnels, des histoires, des vidéos et des spéciaux tout au long du mois de mai.

Au cours de la dernière année, si vous avez jonglé avec un environnement de travail changeant, l'apprentissage à distance avec des enfants ou tout ce que la vie vous a lancé, lire un livre peut être la dernière chose que vous voulez faire ou il n'y a tout simplement pas assez de temps . Mais avec les vacances estivales et ensoleillées à l'horizon, les journées de lecture potentielles semblent plus lumineuses et plus fraîches.

Si vous ne savez pas trop comment reprendre le rythme de la lecture (ou si vous avez déjà dévoré Read with Jenna, le dernier choix du club de lecture), l'auteur à succès du New York Times, Kevin Kwan, peut vous aider. Vous connaissez peut-être Kwan en tant qu'auteur de la trilogie "Crazy Rich Asians", dont le premier livre a été transformé en un film étoilé en 2018.

Kwan a rejoint la 3rd Hour of TODAY pour parler de certaines de ses lectures recommandées, d'un roman d'amour classique qui a inspiré sa publication la plus récente, "Sex & Vanity", à une lecture étonnante d'un auteur que Kwan dit être l'un des Américains d'origine asiatique les plus originaux. écrivains là-bas aujourd'hui.


4. Les voix asiatiques du HuffPost

La section Asian Voices du HuffPost prête la marque unique de politique, de culture, de divertissement et de style de vie de ce média de premier plan à des histoires affectant les Américains d'Asie-Pacifique.

La section se fond parfaitement dans le contenu connexe d'autres sections de voix telles que Black Voices, Queer Voices et Latino Voices.


Un classement des célébrités les plus choquantes de tous les temps

Entre les médias sociaux, les interviews et les performances mises en scène, nous avons de nombreuses chances de voir nos stars préférées (et pas si préférées) lorsqu'elles présentent volontairement un spectacle pour le monde. Mais &mdash comme nous devons souvent nous rappeler &mdash, il se passe beaucoup de choses dans les coulisses de ces mondes de célébrités que nous ne connaissons pas, et que les stars elles-mêmes ne sont peut-être pas si désireuses de révéler. Entrez: le livre révélateur des célébrités, une nouvelle publication explosive d'informations rumeurs depuis longtemps et finalement confirmées, ou des révélations explosives auxquelles vous n'aviez même pas pensé s'attendre. Avec de nouveaux témoins très attendus comme Mary Trump’s Trop et jamais assez et Omid Scobie et Carolyn Durand’s Trouver la liberté : Harry et Meghan et la création d'une famille royale moderne , la biographie des célébrités revient en force.

Alors que les mémoires de célébrités offrent aux stars l'occasion de révéler un côté plus personnel qu'elles n'ont pas révélé au public, les témoignages de célébrités ciblent souvent ceux qui gardent délibérément leur vie privée privée et qui ne reçoivent donc pas toujours un accueil chaleureux. Lorsque Mayte Garcia, ancienne épouse du prince privé, a publié La plus belle : Ma vie avec Prince, qu'elle appelait une histoire d'amour, beaucoup considéraient cela comme une trahison des propres souhaits du musicien.

Dans le même temps, nous devons admettre que certaines histoires qui valent la peine d'être racontées ébourifferont certaines plumes en cours de route. Christina Crawford, le récit stupéfiant de son enfance abusive avec sa mère Joan Crawford, Maman chérie, a rencontré un contrecoup de la part de nombreux amis de la défunte actrice. D'autres, cependant, ont corroboré les récits de Christina et louent la bravoure de sa publication de l'ouvrage.

Qu'est-ce qui relie ces révélations sur les célébrités ? Choc, intrigue et le secret vit derrière les personnes les plus regardées au monde. Jetez un œil aux indices les plus choquants de tous les temps, ici.

Notre mission chez SheKnows est de responsabiliser et d'inspirer les femmes, et nous ne proposons que des produits que nous pensons que vous aimez autant que nous. Veuillez noter que si vous achetez quelque chose en cliquant sur un lien dans cette histoire, nous pouvons recevoir une petite commission sur la vente.


19 nouveaux livres à lire en septembre

E! Illustration

Nous aimons ces produits et nous espérons que vous aussi. E! a des relations d'affiliation, nous pouvons donc obtenir une petite part des revenus de vos achats. Les articles sont vendus par le détaillant, pas par E!

Pourquoi sommes-nous si joyeux, demandez-vous peut-être ? Eh bien, c'est le premier jour du mois, ce qui signifie que l'automne approche à grands pas. Et pour les lecteurs avides, rien de tel que de se détendre avec un livre et de se perdre dans un nouveau monde pendant quelques heures.

En septembre, nous vous recommandons une multitude de titres à la mode, notamment Hélène Ferrante's premier roman en cinq ans, Mariah Careymémoire de 's et Jodi Picoulc'est le dernier larmoyant. De plus, nous avons inclus trois livres de cuisine de personnalités bien-aimées pour vous inspirer dans la cuisine.

Que vous préfériez l'imprimé, Audible ou Kindle, ils sont tous disponibles à des prix où vous pouvez vous procurer plusieurs livres avec lesquels passer les journées caniculaires de l'été, ou vous pouvez même essayer Kindle Unlimited. Alors prenez un PSL (ne mentez pas, nous savons que vous avez déjà commencé à en boire !), enfilez vos pulls d'été et perdez-vous dans l'un de nos choix.


Des bandes dessinées

Goldie Vance de Hope Larson et Brittney Williams

Une bande dessinée mystère pour tous les âges sur une adolescente noire queer badass qui résout des mystères dans la station balnéaire de Floride que gère son père. Il y a beaucoup de rétro, à peu près tout le monde est gentil les uns envers les autres, et la plupart des mystères que Goldie résout sont plus bizarres / intrigants que potentiellement mortels. C'est impossible à poser, et tous les volumes disponibles sont sur Hoopla.

Bingo Love par Tee Franklin

Ce court roman graphique est l'histoire d'amour dont vous ne saviez pas avoir besoin : après des décennies de séparation, deux femmes homosexuelles se rencontrent et tombent (de nouveau) amoureuses dans la soixantaine. C'est une belle célébration de l'amour queer plus tard dans la vie, et l'art est tout simplement magnifique.

Phoebe et sa licorne par Dana Simpson

C'est l'une de ces bandes dessinées rares et parfaites qui sont appréciées des enfants et des adultes. Phoebe n'est qu'une enfant ordinaire jusqu'à ce qu'elle frappe accidentellement une licorne avec une pierre, ce qui entraîne une amitié profonde et durable avec Marigold Heavenly Nostrils. Cette bande dessinée est sarcastique et hilarante et si tendre et généreuse. Si votre enfant est coincé à la maison, il y a dix volumes sur Hoopla. Mais attention : vous allez aussi devenir accro.

Livre Amour de Debbie Tung

Si vous aimez les livres, il est difficile de ne pas tomber amoureux de ces bandes dessinées. Tung&rsquos beautiful capture tout ce qui est merveilleux, confortable et exaspérant dans la vie livresque. Si vous êtes un lecteur, celui-ci résonnera avec vous. Et si vous avez besoin de lire quelque chose de apaisant en ce moment, voici votre livre : il est confortable, réconfortant et plein de joie.


Janice Dean partage des histoires inspirantes pour « Make Your Own Sunshine »

NEIL CAVUTO, ANCRE DE FOX NEWS: Mec, oh, mec, c'est une histoire qui supplie Jonathan Hunt, ce qui se passe en ce moment à Washington, D.C., où ils vont essayer de s'en sortir. Je parle d'un plan de relance de 1,9 billion de dollars qui a été réduit maintenant à le lire ligne par ligne, au milieu de ce qui semble être un processus long et fastidieux pour que ce stimulus soit finalement voté.

Nous sommes loin de cela, mais le drame s'ensuivra. Et cela pourrait durer probablement des jours.

Bienvenue à tous. Je suis Neil Cavuto. Et c'est "Votre Monde".

Nous allons obtenir la lecture du sénateur Tom Cotton de l'Arkansas sur la direction que prend ce processus et si des votes républicains pourraient être réunis pour cela.

En attendant, passons à Chad Pergram, le dernier sur ce qui se passe en ce moment.

CHAD PERGRAM, CORRESPONDANT AU CONGRÈS DE FOX NEWS : Bonjour, Neil.

Eh bien, les sénateurs regardent très tard dans la nuit dans le but de terminer cette facture de coronavirus de 1,9 billion de dollars. Mais le sénateur du GOP Wisconsin, Ron Johnson, n'a fait qu'allonger les choses. Le Sénat saute généralement la lecture verbale des amendements. Au XIXe siècle, on lisait tout à haute voix car il n'y avait qu'un seul exemplaire.

Mais Johnson exige qu'un greffier du Sénat lise à haute voix un amendement complet de 628 pages.

SÉN. RON JOHNSON (R-WI): Je m'y oppose.

FEMME NON IDENTIFIÉE : L'objection est entendue. Le greffier continuera la lecture.

COMMIS : Soins de santé en milieu rural, Section 1003, fonds d'administration du programme de pandémie. Section 1004, financement du Bureau de l'inspecteur général de l'USDA pour la surveillance de COVID-19.

PERGRAM : Donc, cela va prendre des heures. C'est ce qu'on appelle un amendement de substitution.

Il s'agit essentiellement d'un projet de loi entièrement nouveau. Le remplaçant échange tout le texte du projet de loi. Johnson a défendu sa décision.

JOHNSON : Je me sens mal pour les greffiers qui vont devoir le lire. Mais c'est juste important.

Très souvent, nous précipitons ces factures massives qui comptent des centaines, voire des milliers de pages.

PERGRAM: Le Sénat ne peut pas commencer à dater tant que le greffier n'aura pas fini de lire cet amendement. Cela pourrait saigner tard dans la nuit.

Maintenant, un peu de contexte ici, Neil. "Harry Potter et l'Ordre du Phénix", c'est 870 pages. "L'assassin aveugle" de Margaret Atwood fait 637 pages. Juste pour entrer sur le projet de loi, le vice-président Harris a dû briser une égalité 50/50. Donc, ils pourraient avoir besoin d'elle pour rompre l'égalité pour adopter le projet de loi dans les prochains jours – Neil.

CAVUTO : Donc, il doit ensuite retourner à la Chambre avec ces correctifs, n'est-ce pas ? La Chambre vote là-dessus, puis revient. Expliquez ce processus.

Eh bien, ils doivent d'abord avoir fini de lire cet amendement.

PERGRAM: Ensuite, ils auraient 20 heures de débat, puis le vote-a-rama. Et donc nous regardons peut-être aux petites heures du samedi matin, puis à la Chambre la semaine prochaine. Et la Chambre doit évaluer ces changements.

Cela va être difficile avec seulement une marge de quatre voix à la Chambre des représentants.

CAVUTO: Donc, ce que vous dites, c'est que si, par coïncidence, vous aviez une émission qui commencerait à 10h00, heure de l'Est, le samedi matin, elle pourrait être parfaitement programmée pour ce drame qui se déroule.

PERGRAM : Je serai peut-être debout toute la nuit samedi soir et je te joindrai à 10 h 00 le samedi matin alors qu'ils terminent ce projet de loi, Neil, absolument.

CAVUTO : Je ne peux pas penser à une meilleure opportunité.

Merci beaucoup, mon ami, Chad Pergram.

Très bien, je veux aller au sénateur Tom Cotton tout ça, le républicain de l'Arkansas, sur ce qu'il en pense.

Mec, oh, mec, sénateur, je ne comprends pas ces règles parlementaires et ce qui se passe. Mais cela va s'éterniser. Mais il semble que la conclusion soit oubliée ici, non? Je veux dire, ça va aller en grande partie dans le sens des partis, et ça va passer.

Voyez-vous quelque chose pour arrêter cela?

SÉN. TOM COTTON (R-AR): Hé, Neil, c'est bon d'être avec toi, oui.

Oui, je dois dire que le - le gain de Pelosi, le shakedown de Schumer, le projet de loi 620, le - le projet de loi de page, nous lisons sur le sol en ce moment n'est pas exactement un tourne-page. Je viens de quitter mon bureau. Et on dirait qu'ils sont toujours dans la table des matières.

Mais ce que le sénateur Johnson a fait aujourd'hui et ce que les sénateurs républicains soutiennent n'est pas seulement une tactique procédurale. Nous n'avons reçu une copie de ce projet de loi qu'il y a quelques heures, et ils voulaient passer directement au vote et essayer de -- amendement.

Cela va donc garantir que les sénateurs et le public américain ont la possibilité de lire cette législation, afin qu'ils puissent reconnaître que moins de 10% de tous les fonds dépensés pour cela vont au coronavirus. La plupart d'entre eux n'y vont même pas cette année.

Donc, vous avez 350 milliards de dollars pour les États, dont beaucoup, comme la Californie, n'ont même pas perdu de revenus l'année dernière, ou 130 milliards de dollars pour les écoles, dont beaucoup refusent de rouvrir, dont la quasi-totalité ne sera pas dépensée dans cette école. année.

C'est pourquoi il est si regrettable que Joe Biden et les démocrates aient décidé d'adopter ce projet de loi sur la ligne de parti, car les républicains avaient montré l'année dernière que nous étions prêts à coopérer pour adopter des projets de loi qui visaient en fait les besoins du peuple américain au milieu de cette pandémie.

CAVUTO: Vous savez, je sais – et pour satisfaire certains démocrates modérés – je pense à Joe Manchin, sénateur – ils voulaient resserrer les restrictions concernant qui obtient ces chèques de relance, ces chèques de relance de 1 400 $.

Mais, ce faisant, 12 millions d'Américains de moins en bénéficieront. Et j'ai d'abord pensé, aussi naïf que je sois, que cet argent serait une économie ici, mais il est simplement canalisé vers autre chose, n'est-ce pas ? Cela ne change pas le prix global du package.

COTON : Je pense que c'est vrai, Neil.

Encore une fois, nous sommes toujours en train de lire le projet de loi. Mais je pense que les démocrates sont déterminés à maintenir les dépenses à 1,9 billion de dollars, même s'il y a beaucoup de place pour économiser ici.

En ce qui concerne cette disposition spécifique, écoutez, nous avons adopté plusieurs projets de loi l'année dernière qui envoyaient des chèques aux familles à faible revenu, qui avaient perdu des revenus et qui avaient du mal à joindre les deux bouts. Mais nous ne devrions pas envoyer de chèques des contribuables à des familles qui gagnent plus de 100 000 $ par an, qui ne perdent aucun revenu, qui ont le genre d'emplois où vous pouvez travailler à domicile, vous pouvez travailler sur un ordinateur, vous pouvez travailler sur un téléphone.

C'est pourquoi cette législation devrait cibler ces personnes, comme les serveurs, les serveuses et les barmans et autres, qui ont été si gravement touchés par cette pandémie.

CAVUTO : Savez-vous, sénateur, y a-t-il une chance que l'un de vos collègues républicains vote pour cela ?

Je sais que les démocrates travaillaient alors sur la sénatrice de l'Alaska Lisa Murkowski, qu'il y a certains aspects de cela qu'elle aime, seraient bénéfiques pour son état. Avez-vous l'impression que des républicains votent pour cela ?

COTON: Je ne prévois aucun sénateur républicain de voter pour le projet de loi, Neil. A la Chambre des représentants, pas un seul représentant républicain n'a voté pour.

Les démocrates auraient pu obtenir beaucoup de votes républicains. En fait, les projets de loi que nous avons adoptés l'an dernier ont été adoptés en moyenne avec plus de 90 voix au Sénat. Mais ils ont décidé de suivre cette voie de la ligne du parti. C'est regrettable. Je soupçonne qu'ils vont devoir vivre sur cette ligne de parti.

Kamala Harris viendra plusieurs fois dans les jours à venir pour exprimer des votes décisifs.

CAVUTO : Vous savez, vous avez mentionné le vice-président, monsieur.

Il y avait eu des discussions parmi les progressistes, allez-y et annulez le parlementaire et insérez cette caractéristique du salaire minimum de 15 $ dans le paquet. Maintenant, c'est peu probable. Je ne pense pas qu'elle puisse faire ça. Mais, laissant cela de côté, vous et le sénateur Mitt Romney aviez proposé un plan alternatif pour augmenter le salaire minimum à, je crois, 10 $ de l'heure sur quatre ans ou quelque chose comme ça.

Et je me demande simplement quel a été l'accueil ultime que vous avez reçu à ce sujet, car je pense que nous allons probablement revoir cette question des salaires plus élevés quelque part, n'est-ce pas ?

COTON: Oui, Neil, ils ne pourront pas mettre un salaire minimum de 15 $ l'heure dans cette législation, en partie parce que c'est contre les règles du Sénat, mais en partie parce qu'ils n'ont pas non plus les votes démocrates pour cela .

Il est clair qu'il n'y a pas assez de démocrates au Congrès pour soutenir un salaire minimum de 15 $ l'heure. Donc, ce que le sénateur Romney et moi proposons est un salaire minimum de 10 $ l'heure qui est progressivement mis en place et indexé sur l'inflation.

Il s'agirait d'une véritable augmentation du salaire minimum qui a été augmenté pour la dernière fois en 2009. Nous l'avons associé à E-Verify, le système de vérification électronique, afin que les employeurs sachent que leurs candidats sont autorisés à travailler légalement dans le pays.

Ce n'est pas seulement un commerce de chevaux ou quelque chose comme les démocrates et les républicains. Ceux-ci sont tous deux étroitement liés à notre objectif, qui est d'augmenter les salaires des travailleurs américains.

CAVUTO : Alors, que se passe-t-il sur le front des salaires ?

COTON : Je pense que nous y reviendrons dans les mois à venir, Neil.

Il y a un certain mouvement dans les deux parties pour augmenter le salaire minimum. Le sénateur Romney et moi travaillons sur cette législation spécifique avec les sénateurs Portman, Collins et Shelley Moore Capito. Mais, en plus, nous avons eu d'autres républicains qui ont exprimé leur intérêt à travailler avec nous sur la question.

Nous avons également eu une conversation avec des démocrates, certains des démocrates qui pensent que 15 $ de l'heure en tant que norme nationale peut être un peu trop élevé. En fin de compte, certains des démocrates les plus à gauche, cependant, devront faire des compromis et réaliser que 15 $ de l'heure n'ont tout simplement pas les voix au Congrès, que nous pouvons trouver un terrain d'entente sur cette question si nous nous concentrons sur un un salaire qui fonctionne pour tout le pays, et nous le jumelons avec le système E-Verify, nous assurons que ces gains salariaux vont aux travailleurs américains.

CAVUTO : Très bien, sénateur Cotton, très heureux de vous voir. Merci d'avoir pris le temps, monsieur. Appréciez-le.

CAVUTO : Très bien, sénateur Tom Cotton.

Très bien, au coin de Wall and Broad, vous remarquez cette chute des valeurs industrielles du Dow Jones aujourd'hui, d'environ 350 points. Et si je te disais que c'était le double, et tout ça parce que la bonne nouvelle ? Aujourd'hui, nous avons appris que l'économie tourne en quelque sorte à plein régime ici, en passant, l'argument que de nombreux républicains utilisent contre un plan de relance aussi généreux, nous n'avons pas besoin qu'il soit aussi généreux.

Cela mis à part, nous avons également franchi aujourd'hui un niveau important sur les taux d'intérêt. Par exemple, les prêts hypothécaires à taux fixe de 30 ans sont maintenant supérieurs à 3 %. C'est un chiffre choquant pour les gens qui ne sont pas habitués à voir quelque chose comme ça. Maintenant, je pourrais expliquer en détail comment, lorsque j'ai obtenu ma première hypothèque avec ma femme dans les années 1980, nous avons payé 13,5 et nous pensions que nous étions des Nostradamuses, mais je n'aime pas faire ça, même si je soulève cette histoire, dit mon directeur, environ 2 000 fois.

Mais c'est la tendance qui choque beaucoup de gens, le fait que les billets à 10 ans et les obligations à 30 ans, tous reculaient, et, et que le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, indiquait aujourd'hui qu'il allait bien avec cela, ne fera rien pour arrêter le flux de cela, si les marchés avaient secoué, qu'il pourrait être derrière la courbe, que peut-être l'inflation revient.

Peut-être avons-nous été exagérés et nous étions de loin à nos pires niveaux de la journée, mais l'inflation ou, à tout le moins, des taux plus élevés semblent rester et pourraient aller encore plus haut.

Quelle est l'énigme pour les marchés, combien de temps encore ? Parce que plus l'économie se porte bien, vous pourriez continuer à affirmer que les taux devraient être plus élevés. Nous suivrons cela.

Également à la suite des développements en Alabama aujourd'hui. Au cas où vous pensiez que l'Alabama suivrait le Texas et le Mississippi et assouplirait totalement les restrictions et se débarrasserait des mandats de masque, cela ne s'est pas produit – après cela.

CAVUTO: D'accord, pas si vite, le gouverneur de l'Alabama indiquant clairement qu'elle n'est pas pressée de lever les restrictions sur les masques et toutes les autres choses que vous avez vues apparaître dans d'autres États comme le Mississippi et le Texas.

Le gouverneur dit que, pendant au moins les 30 prochains jours, ces exigences en matière de masques resteront en vigueur. Vous avez vu dans de nombreux États maintenant un assouplissement de certaines des restrictions ici, mais pas suffisamment en Alabama, ou du moins, comme le voit le gouverneur, pour emboîter le pas pour l'instant.

Mike Tobin en a plus sur tout ça -- Mike.

MIKE TOBIN, CORRESPONDANT DE FOX NEWS : Eh bien, Neil, c'est tout.

Ce n'est pas parce que le Texas et le Mississippi ont levé leurs mandats de masque et ouvert des affaires que l'Alabama joue le jeu, du moins pas tout de suite. Le gouverneur Kay Ivey a déclaré que l'État du coton étendrait ce qu'il appelle l'ordre Safer at Home jusqu'à la première partie d'avril.

Certaines restrictions s'assouplissent, comme les maisons de retraite. L'État autorisera deux personnes pour des visites. Les restrictions de places assises dans les restaurants s'assouplissent, mais pour l'instant les masques continueront.

La gouverneure Ivey dit qu'elle veut dépasser Pâques, donner à plus de gens le temps de se faire vacciner et donner aux entreprises le temps d'élaborer leurs propres politiques en matière de sécurité. Mais le 9 avril, l'État lèvera le mandat des masques.

GOV. KAY IVEY (R-AL) : Cela deviendra une question de responsabilité personnelle et non un mandat du gouvernement.

TOBIN : Maintenant, le secteur privé n'est pas nécessairement en phase avec les gouverneurs.

En Alabama, l'association des maisons de soins infirmiers a déclaré qu'elle devait s'en tenir aux directives des Centers for Medicare and Medicaid Services, qui ont été publiées en septembre. Et en ce qui concerne les détaillants, de Starbucks aux hôtels Hyatt, en passant par Macy's et même certains constructeurs automobiles, ils ont leurs propres politiques relatives aux masques et autres protocoles de sécurité.

Donc, conformément à ce que le gouverneur Ivey a dit, vous avez le mandat de s'éloigner du gouvernement, et le secteur privé se contrôle lui-même -- Neil.

CAVUTO : Compris, mon ami. Merci, Mike Tobin à Chicago.

Alors, où en sommes-nous actuellement dans ces États qui se relâchent et s'il y a un risque dans tout cela.

Le Dr Rosie Chauhan nous rejoint dès maintenant, rhumatologue de formation, NIH, ancien confrère médecin.

Merci beaucoup d'avoir pris le temps.

Que pensez-vous des États qui se sont déplacés jusqu'au degré où ils l'ont fait, docteur, en particulier dans le cas du Texas ? La semaine prochaine à cette heure, pratiquement toutes les restrictions seront levées.

DR. ROSIE CHAUHAN, RHUMATOLOGUE : Je pense que c'est vraiment un vœu pieux, vraiment. Il n'est pas basé sur la réalité, la science ou tout autre type de preuve.

Et, surtout, c'est en fait à contre-courant. La plupart des Américains croient que les masques aideront. C'est en fait la pensée générale. Tout ce que vous avez à faire est de conduire dans la rue, quand vous voyez des joggeurs -- courir dans la rue, ils sont à six pieds l'un de l'autre. Les gens évitent d'être trop proches les uns des autres.

Les gens vont au restaurant, portent des masques, s'assoient dehors, et ils sont très heureux de faire tout cela. Alors ça, je ne sais pas. C'est flatter la politique, mais ce n'est pas basé sur la science. Et ce n'est bon pour personne. C'est un devoir civique de porter des masques.

CAVUTO : Docteur, beaucoup d'entreprises semblent être d'accord avec vous, en particulier au Texas, où l'on entend déjà dire que Kroger et Kohl's, Starbucks, Target, une foule d'autres, même dans ces États, dont le Mississippi, qui soulève de la même manière restrictions, incitera toujours les gens à porter des masques et à respecter les dispositions en matière de distanciation ici.

Que pensez-vous de leur réponse ?

CHAUHAN: Je pense que c'est une question très sensée. C'est basé sur le souci des autres.

Et même si vous ne pensez pas que ce soit un devoir civique, et même si vous ne vous souciez de personne d'autre, voulez-vous voler ? Voulez-vous pouvoir aller au restaurant et manger? Voulez-vous pouvoir vous rendre dans un centre commercial ou une épicerie et être sûr de ne pas attraper toutes sortes de variantes COVID d'autres personnes ?

I mean, there's a lot of reasons to be wearing masks, even if you're not thinking of anyone else.

CAVUTO: Doctor, we are rolling out vaccines pretty fast and furious right now, at least three, others across the globe during the same year. It's picking up pace.

Are you optimistic, as is the president, that, by the end of May, every American adult who wants a vaccine dose will have them?

CHAUHAN: It's optimistic, I have to say.

If you look at the rates of vaccination for 100 people, globally speaking, I think that Israel is about over 50 percent, as were the Arab states, and then the U.K. slightly more than us at about 20. And we're at 8.

So we're -- that's today's rate. So, that's per 100 people. So, although we have stepped it up since January, and that's great news, right now, over 80 million people, Americans, have been vaccinated, and 20 percent have received the first dose, 8 percent have received the second dose, but -- if you go by the Pfizer vaccination and Moderna, the RNA vaccines.

But, at the end of the day, herd immunity requires that 80 percent of any population be vaccinated. So there's still ways to go. And now we have new variants. Next month, the Kent or the U.K. -- the other name for the U.K. B117 variant is the Kent variant. And that will probably be dominant next month.

And we don't know that the vaccinations that we're taking, we don't have enough data to say that these vaccinations will cover other variants, such as the Kent variant. And there are other variants here as well, like the Brazilian and the South African variant also.

CAVUTO: Do any of these drugs or vaccines that are out on the market, Doctor, address those variants?

I mean, the current RNA and the DNA vaccination address the regular COVID SARS virus, because the variants weren't out when these vaccinations were developed. Now, they can look at spike proteins and different science-based kind of data and kind of guess, make a best guess. We don't know for sure.

And this virus is not -- very key information about this is that this virus is not acting like a regular virus. Most viruses, if they want be endemic in an area, they become more contagious, so they infect more people, but they usually become less virulent, meaning they don't kill their host.

This virus is getting more contagious and more virulent. We know that because the variants of becoming more dangerous, and they are killing more people.

But the good news is that the regular vaccinations is working to a degree. I mean, all the drop in cases that we're seeing, I think Dr. Fauci is right, are multifactorial. But looking at the data that's coming out of Israel and the U.K., the elderly group that was vaccinated first about a couple of months ago, the rates of ICU admissions in that group has been shown to be reduced now.

So, that does show that -- indicate that the vaccines, regular vaccine, is working. But we need to prevent variants. And that's why public health measures, mainly masks, really do have to stay.

CAVUTO: Right. We shouldn't let down our guard.

Dr. Rosie Chauhan, thank you very, very much.

As the good doctor was wrapping up there, Connecticut now joining the states that are easing some COVID-19 restrictions, among them, that face coverings and that are going to be required. There is some flexibility in opening bars and allowing more folks in 11:00 p.m. closing time will remain in place for most events.

But large event venues will be able to open up as soon as next month. So, Connecticut the latest state to say, we are easing up, but not totally ending everything that was locked down.

CAVUTO: The administration says, we are not saying that every one from Texas and Mississippi are Neanderthals, just their leaders and this strategy on lifting restrictions.

I wonder what Texas Senator John Cornyn thinks of that -- after this.

CAVUTO: Do you think the president chose the right term there to refer to that as Neanderthal?

REP. HENRY CUELLAR (D-TX): Well, I gave you my answer.

I respectfully disagree with the governor.

CAVUTO: Not with the president?

CUELLAR: Again, the president is right on keeping the masks, but I would have used very different terms.

CAVUTO: All right, Democratic Congressman Cuellar.

The governor, that's one thing. The president of the United States, the Neanderthal comment, that's another thing. He would have used another word.

Jen Psaki dealing with this head on when meeting with reporters today, her explanation of the Neanderthal comment. Take a look.

QUESTION: How does comparing someone to a Neanderthal help convince them to change course and get on board with your public health message?

JEN PSAKI, WHITE HOUSE PRESS SECRETARY: The behavior of a Neanderthal, just to be very clear, the behavior of.

Look, I think the president, what we -- what everybody saw yesterday was a reflection of his frustration. He believes that, with more than half-a- million Americans lives lost, with families that continue to suffer, that it's imperative that people listen across the country, whether they live in a red state or blue state, to the guidance of public health experts.

CAVUTO: All right, to Senator John Cornyn of Texas right now.

That explanation, Senator, of the Neanderthal comment, that the president wasn't calling the Texans or those in Mississippi or their leaders Neanderthals, but Neanderthal thinking when it comes to dealing with this virus, what do you think?

SÉN. JOHN CORNYN (R-TX): Well, she was dissembling there.

Obviously, the president talked about thinking, a way of thinking, approach.

But, to me, this is a distraction, Neil. We need to learn how to manage risk in our lives. That's -- we do that every day. And we have learned a lot about how to be responsible in the midst of this pandemic, maintain social distancing, masking when you can't.

But we have come a long way since then, better treatments, vaccinations, which are the gold standard, that we need to encourage more people to get shots in arms.

I think Texans are able to take care of their own personal responsibility by dealing with this in a way they see fit, rather than just have a one- size-fits-all government mandate from Washington, D.C.

CAVUTO: I understand where you're coming from, Senator.

And -- but a number of businesses that have operations, stores in Texas are not rushing into this. Hyatt Hotels, CVS Health, Starbucks, Target, Kroger, Kohl's, Best Buy, they're all maintaining this demand that masks be worn in their respective stores, that people honor distancing provisions.

So, they are not heeding the governor's call. Do you think the governor went too far too soon?

CORNYN: I don't, because the fact of the matter is, as you point out, anybody who wants to wear a mask or is required to wear a mask in order to shop at a particular store or go to a particular hotel will do so.

This just means that, as more and more people get vaccinated, that we can begin to live our lives again.

I would just ask the question, when, if ever, would the president believe that masking is no longer required? I have yet to hear a definition from him of when that moment would occur. And so I think, as people hear some of these arbitrary rules, they see some of their leaders not living by their own advice, like Governor Newsom and others, they seem increasingly arbitrary.

You have got to wear a mask when you're riding in your car by yourself, or when you're outdoors jogging with plenty of space. I mean, some of this is not based on any science. It's based on government mandate for -- to conformity that doesn't make much sense.

CAVUTO: Senator, the back-and-forth on this notwithstanding, the stimulus measure being heatedly debated right now, actually read right now, I guess, on the floor of the Senate, how long do you think this drags on?

CORNYN: Well, I think it's going to go on several days.

I feel strongly and I would say my colleagues feel strongly that, if you're going to waste $1.9 trillion on a whole laundry list of non-COVID-related spending, the American people need to know about it.

Our Democratic friends believe that they can just move this through in the middle of the night, and that the American people will not pay attention and they will not be held accountable.

Some of the worst stuff, as you know, has already fallen out of the bill, the $15 mandate for minimum wage, which would destroy 2.4 million jobs, the tunnel in Nancy Pelosi's California, the bridge that Senator Schumer said he didn't even know about, that he had to read about in the newspaper that would have gone from New York to Canada. Fortunately, those have begun to fall out.

But there's a whole lot more reckless and non-COVID-related spending there. And we intend to point it all out.

CAVUTO: Now, I know you're a no-vote, as things stand. There was talk that Lisa Murkowski of Alaska, your Republican colleague, might be a yes-vote.

Do you see any Republicans voting for this yourself?

And, in fact, any Republican effort to try to make this bipartisan has been uniformly resisted, including the offer of 10 Republicans over at the White House just three or four weeks ago, where they came up with a $600 billion bipartisan bill that was targeted at COVID-19 relief.

And President Biden politely gave them the Heisman. They're not interested. They want to make this a partisan bill, which is a dramatic departure from the five bills that we passed last year, including as recently as December.

And oh, by the way, the money we have appropriated hasn't even been spent yet. And yet the Democrats want to jam this through on a party-line vote. I think it's really reckless and regrettable.

CAVUTO: Senator John Cornyn, thank you, sir, very much for taking the time. I appreciate it.

CAVUTO: All right, in the meantime, we're talking about the $1.9 trillion stimulus plan.

But some of these plans are backing up planes at a busy airport, because infrastructure, as the good senator was reminding us, is being teed up next.

A crucial member of this drive to get that done will be joining us, John Garamendi, the Democrat from California, on what he wants to see in that and the prospect of bipartisan support for that -- after this.

CAVUTO: All right, so stimulus is just the latest.

There will be more, including an infrastructure package, we're told, the president conducting a bipartisan group meeting at the White House today on infrastructure, and, beyond that, a Build Back Better plan.

A key participant in that meeting joins us right now, California Democratic Congressman John Garamendi.

Congressman, very good to see you.

REP. JOHN GARAMENDI (D-CA): Always.

CAVUTO: How did the meeting go?

GARAMENDI: It was outstanding.

The president was absolutely clear he's moving -- once the rescue bill is completed, he's moving on to a very significant infrastructure bill, talked about every conceivable element, from bridges to rail, highways, airports, all the things that we need to do to build a modern America.

And he couched all of that in terms of resiliency, what we need to do to prepare for the changes that are occurring in the environment and, for us in California, what we need to do to prepare for earthquakes and the like, as we build our infrastructure.

CAVUTO: Sounds very expensive. Est-ce?

GARAMENDI: Oh, yes, it's going to be expensive.

But what are we going to do? Are we going to be a third-rate country where we can't go from here to there, where our energy system breaks down, as we saw in Texas or in California?

No, we have to build a modern infrastructure, one that takes into account the fact that the climate is changing, that the sea level is rising, that our ports need to be rebuilt, that we need rural broadband.

CAVUTO: All right, no, I get that.

I guess, when you said it's going to be very expensive.

CAVUTO: . I mean, are we talking many trillions of dollars, Congressman?

GARAMENDI: Well, if one were to look at what the engineering associations say, yes, it's going to stack up into the trillions. I don't know about many trillions, but it's going to be up there.

The reality is that, if we do it, we will create jobs, and we will have an economy that will be competitive around the world. So, these are investments that we -- have to be made. And, in most every case, these are investments, not for one year, but these are multidecade investments.

And, in fact, investments that were made in the '60s are now, what, 60, 70, 80 years old. We need to rebuild America. And when we do it, we need to, as the president says, build back better.

One of the things that I was really pleased about in this meeting is that my Republican colleagues were willing to talk about how we're going to pay for it. And that's going to take a lot of discussion.

CAVUTO: And how are we? How are we? Can you tell me that, Congressman? What are some of the ideas both sides were talking about?

GARAMENDI: Well, we do know that the excise tax for gasoline has not been raised for two decades, actually a little longer than that, and that we do know that, if we go to electric vehicles and hybrids in the West, that a whole lot of people are not going to be paying.

And so we need to look at vehicle miles driven. Both of those things were discussed. And one of our Republican colleagues put forth the notion of a carbon tax that would be used to finance infrastructure.

So, these were on the table really early, early in the discussion. We do know that, last year, the House put out an infrastructure package that will be the template. We invited the Republicans to participate last year. Some did, but not enough did. This year, I think we're going to start off with a bipartisan approach, try to develop in the Transportation Infrastructure Committee a bipartisan answer to this large issue that the president wants done.

He wants an infrastructure bill that covers all of the things that America needs to do, research facilities, schools, roads, streets, bridges, ports, airports. Yes, it's going to be money, but think of the number of people that are going to be working.

And on the third day of office, he issued an executive order that says your American taxpayer dollars are going to be used to buy American-made products. So important. We're talking about bringing this home.

CAVUTO: No, I understand that.

But did anyone in -- given the sheer size of this.

CAVUTO: . did anyone talks about, besides raising revenue to pay for it, about maybe prioritizing funds and taking monies from other areas? If this is going to be a priority, can we deprioritize other spending? Did that ever come up? Or is this just adding on to all of that?

GARAMENDI: Well, there's always an ongoing discussion about where to spend the money.

We certainly see this in the military. The military wants more. Well, they have more. And I'm on the Armed Services Committee. And I do know that there needs to be more spending in the military on some things, and not on others.

The question always comes up about other programs. We do know that we need to spend money on education. If you don't have the best educated work force in the world, you will not be competitive.

So, yes, there are questions. How do you spend that money? Where do you spend it? Those are the kind of discussions that must take place.

GARAMENDI: And I would expect you to call me back here and say, OK, where are you going to cut, Garamendi?

CAVUTO: All right, I will do just that.

CAVUTO: All right, Congressman, thank you very, very much.

Congressman Garamendi on all of that.

CAVUTO: You might notice that half the Capitol was open today, not the House side. There was concerns about some violence or threats. We don't have a lot of the details, but we do know that Capitol Police are very worried.

CAVUTO: You know, technically, the House was not in session today. The Senate was.

All we know is because of a possible plot -- I'm reading verbatim here -- to breach the Capitol. That's all we know.

Jennifer Griffin, our Pentagon correspondent, on what she has heard since and the presence of troops still in the Capitol and maybe for a while.

JENNIFER GRIFFIN, FOX NEWS NATIONAL SECURITY CORRESPONDENT: Hi, Neil.

Well, that threat has not materialized, as you can see outside the Capitol today, but FOX News has exclusively obtained a draft copy of the U.S. Capitol security recommendations made by retired Lieutenant General Russel Honore, who House Speaker Nancy Pelosi handpicked to lead a six-week nonpartisan security review in the wake of the January 6 riot.

Among the 33 pages of recommendations is to establish a full-time quick reaction force at the U.S. Capitol that will cost up to $130 million per year. The report lists three options for deploying U.S. troops, use existing federal law enforcement entities, put them under the command of the D.C. National Guard, or U.S. military police from Guard elements across the U.S. on rotations of three to six months, or reestablishing a military police battalion who live in or near the city year-round perpetually on active duty.

The draft report says this is needed because the U.S. Capitol Police were understaffed, insufficiently equipped, and poorly trained to protect the Capitol when -- quote -- "violently attacked by a large mob."

The report says the decision-making process on January 6 was too slow. One recommendation is for the Capitol Police chief to be able to call out the National Guard in an emergency.

The report says U.S. Capitol Police must also hire 884 more officers, noting the Capitol Police last year put in a whopping 720,000 hours in overtime. This also -- there's also a discussion about fencing around the Capitol. There is a recommendation for retractable fencing being needed. Other recommendations include canine retirements are needed -- quote -- "Aging dogs are a problem. Consider reestablishing a mounted horse unit."

All of this comes, Neil, as U.S. Capitol Police have asked the National Guard to stay in D.C. for at least two more months. That decision now rests with Defense Secretary Lloyd Austin and the Army -- back to you.

CAVUTO: Another couple of months. Wow.

Jennifer, thank you very much, Jennifer Griffin, the latest on that.

All right, meanwhile, the soap opera around New York Governor Andrew Cuomo. The pile-on continues. But before there was a pile-on, there was just one person. She works here. Her job was to cover the weather. But she encountered the storm, and now she's unleashed it. And now she has a book out. And now she's here.

CAVUTO: Could I just start by saying, you know what I hate about Janice Dean? She's so damn positive.

CAVUTO: She's so proactive. She doesn't whine. She's very much like that Mary Tyler Moore character, when Lou Grant comes in and says, "You got spunk, Mary." And he adds, "I hate spunk."

And that's Janice in a nutshell. You know the story about her from the weather and everything here. You know she's always smiling and upbeat. What you might know is, she deals with multiple sclerosis, and always happy and positive force with that. That alone ticks me off.

CAVUTO: Then the tragedy that she had to deal with her mother-in-law and her father-in-law dying in a New York nursing home, and taking that battle on, with no less than the governor of the state, who was a rock star when she was first raising that.

Long before there was this pile-on of the governor, the pile consisted of just my friend and my business sister Janice Dean, out with a book today, "Make Your Own Sunshine: Inspiring Stories of People Who Find Light in Dark Times."

She has found that and the ultimate darkness a year ago, as all of this was coming crashing down, losing both of her husband's parents in this needless tragedy. She's with us now.

JANICE DEAN, FOX NEWS METEOROLOGIST: Don't make me cry, Neil. Don't make me cry.

CAVUTO: Oh, you don't get me started, young lady.

CAVUTO: In all seriousness, what made you write this? It's a very uplifting book.

For people who aren't familiar, I don't want to give it away, but you tell a lot of very uplifting stories often that you were exposed to just going through and dealing with the pandemic. And they -- they're very, very -- they're very emotionally uplifting.

But what got you doing this?

DEAN: I feel like this book was meant to be, not only because I wanted to put these wonderful stories about people being kind to others and spreading sunshine, because it helped me through this really dark chapter in my life with my family.

As you mentioned, we lost my husband's mother-in-law and father-in-law. I wrote a lot of this book during the pandemic. I conducted a lot of these interviews when we were going through this grieving process.

And it helped me. It brought sunshine into my life, talking to these strangers every day and hearing about how they overcame challenges, and came out on the other side wanting to be better people.

CAVUTO: You know what I liked about it out, though, Janice, all kidding aside, is you touch on just what it's like, the humanity we share.

We have political differences between us. There are psychological differences. We have different upbringings. I love the story about the dad who always wrote a napkin note for his daughter as he was battling cancer.

I particularly liked the guy who secretly buys coffee for everyone on the line behind him. When I get on the line at coffee, I'm still waiting. Is that the dude? Maybe he can pick up my tab.

CAVUTO: But I have always -- they're there. And there are legions of those stories, and people don't realize that.

And I know that, if you read this book, you're going to feel inspired to do good things for other people. I think the point is, we have to look for it. We have to be open to kindness and spreading sunshine.

I will tell you, when I was writing this book, I would take walks with my oldest son, Matthew, and we would spend time together. And he would say: "What's the interview that you did today, mom?"

So, it brought me closer to my family. And there is -- there is a moral to the story. And that is, we are all connected. And you really have to look for the sunshine.

CAVUTO: Your husband, Sean, who I met I think once, he sounds like a wonderful guy.

I know you were supposed to have a big 50th birthday extravaganza. And I guess you were going to go to Las Vegas, but, instead, he kind of brought Las Vegas to you.

DEAN: Yes, big 50th birthday. I was planning to go to Vegas with my closest girlfriends. And we were going to whoop it up. I had my sparkly dress waiting.

But then the pandemic happened. An, of course, we were quarantined. So my wonderful, thoughtful, amazing husband, who I still don't know if I deserve, but I'm so grateful, he brought Vegas to us and made my kitchen and living room into a casino, with a Vegas backdrop, and roulette table, and cards and balloons all over the wall.

And then he had a parade, a car parade where my friends and family surprised me and their cars and honked and sang and cheered.

DEAN: It was really the best birthday I have ever had.

CAVUTO: I really hate him the more I hear those stories, because he makes every husband look worthless.

CAVUTO: I love the story when he was -- you were both helping your son Theodore learn how to ride a bike. And I liked it. He said you will never unlearn learning this whole thing.

So, through it all, you guys stuck together and got there. That's a good message through the pandemic, because this might be going on a while. We're optimistic with vaccines, but the stories that you tell in your book are timeless in that sense, but it also is a reminder this ain't done.

And I will tell you, I found more stories about people trying to do good things for others during the pandemic, when we were all trying to socially distant -- distance and not be close to one another. I found that this brought me in some ways closer to friends and family than I ever have been before.

CAVUTO: Yes, I love the Tim Tebow story too.

But the one thing I will say -- and I have always joked with you about this, Janice -- you deal with multiple sclerosis, as do I. And you never listen to what I have said. Janice, play the victim. Get out of work with it. Build sympathy and support.

You refuse to listen to my advice. And it's really ticking me off. And now another bestseller-to-be, I have no doubt. But I will tell you, the stories are just uplifting. You made a puddle out of me reading it, because I -- some of them are just real tearjerkers.

But how are you feeling? How are you holding up yourself with all of this?

As you know, being diagnosed with multiple sclerosis, every day is a gift. And I know you like to say that you try to get out of the chores at home and saying to your wife, I can't take out the garbage. I have M.S.

DEAN: I have used that with the cooking. I don't cook.

DEAN: So -- but it -- I do not cook. That is -- my husband will tell you that.

But it will -- it does remind you that every day is precious, and it is a gift.

DEAN: And I am grateful, thankful and blessed.

CAVUTO: OK. We are blessed to have and just to know you, Janice Dean.

The book is out. It's a tearjerker.

Content and Programming Copyright 2021 Fox News Network, LLC. TOUS LES DROITS SONT RÉSERVÉS. Copyright 2021 VIQ Media Transcription, Inc. All materials herein are protected by United States copyright law and may not be reproduced, distributed, transmitted, displayed, published or broadcast without the prior written permission of VIQ Media Transcription, Inc. You may not alter or remove any trademark, copyright or other notice from copies of the content.


Voir la vidéo: Stratégie de contenu réseaux sociaux - Le Slip Français